<script src="http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3" type="text/javascript"></script> "Une vingtaine" ! (environ)

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 octobre 2016

Voir ici

                  |

                  |
                  (clic) 

éléph.wp.jpg

 

 

 

 

 

 
Et...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeudi, 13 janvier 2011

Un nouvel espoir

Un nouvel espoir est né en Côte d'Ivoire pour tout un continent en recherche de souveraineté. C'est, à l'heure où la Tunisie et tout le Maghreb se soulèvent, ce qu'il est important pour la "communauté internationale" de casser à tout prix. Une alternative nouvelle a germé en Côte d'Ivoire, qui risque de rendre vaine la tactique habituelle : les dictatures à la solde de la "communauté internationale" contre pire encore... L'alibi récurrent de la menace islamiste.

star wars 4.jpg

Voilà donc qu'à l'heure où on menace du bain de sang de la guerre la Côte d'Ivoire républicaine, à l'heure où tous les médias de la pensée unique sont mobilisés pour dénigrer, diffamer, accuser de crimes qui ne profitent qu'à ses ennemis la Côte d'Ivoire résistante, voilà qu'un Maghreb évidemment non-islamiste se soulève contre les pouvoirs de la "communauté internationale"...

... Et voilà que la "communauté internationale" élyséenne propose, comme en Côte d’Ivoire, d'envoyer "son aide". Mais là, ce n'est pas pour déstabiliser le pouvoir républicain à l'appui d'élections truquées, mais pour appuyer le pouvoir en place dans sa répression de ceux qui s'opposent à ses truquages qui ne trompent plus que lui-même. (À moins que, plus tortueux encore... Cf. ci-dessous le commentaire de Yapi.)

star wars 4b.jpg

Un nouvel espoir s'est levé...

 

 

 

dimanche, 09 janvier 2011

Messieurs les censeurs...

... Bonsoir, disait Maurice Clavel,

 

félicité par la rédaction du Nouvel Obs d'alors...

 

Autres temps autres moeurs... Aujourd'hui les émissions de la RTI sont régulièrement inaccessibles en France, censurées par Intelsat.

Est-il possible de le dire par blog ?

 

 

Dernière nouvelle : le site de la RTI a été censuré à tour !!!

 

(et a pu se remettre en ligne)

Au cas où, ci-dessous une liste non exhaustive de liens pour retrouver le flux des émissions de la RTI.

 

 

 

http://abidjantalk.com/video/tvabidjanrti.html

http://afrobox.net/page.php?page=1

http://www.veodub.com/stream.html

http://fr.wwitv.com/tv/b5661.htm

(Liens signalés par RÉSISTANCES CÔTE D'IVOIRE)

 

Dans le même ordre d'idées, la censure par intimidation relayée par les grands médias français. Ainsi "Libé". Cf. l’article de Théophile Kouamouo : "Pourquoi je n'achèterai plus jamais 'Libération'" : "Lâche sur le fond, verbeux sur la forme, germanopratin et donneur de leçons, réduisant le fait d’être de gauche à une sorte de « culture » élitaire et dépressive, il représente le pire de ce qui se fait en matière de presse en France."

 

mercredi, 05 janvier 2011

L'Empire contre-attaque


comte dooku.jpg

Jeter les éblouissements du comte Dooku...

contre tout décompte.

Surtout ne pas recompter. C'est trop long : la guerre d'abord, c'est plus urgent...

avant que la poudre aux yeux ne se dissipe.

Les zélateurs de l'Empire contre-attaquent d'une façon vraiment convaincante !...
Parce que bien sûr, à la Cei, on n'a pas gardé de copies des PV ! Le bel argument !

 

 

"une opération de recomptage des votes par une instance reconnue comme neutre
(une procédure moins coûteuse que la guerre)", note Colette Braeckman.

 

La revanche des Sith

 

sith.jpg

 

Où il y a aussi, là, en rouge, l'Unicorne qui manoeuvre... Dark Vador n'est pas loin...

 

 

 

La guerre des clones...

... de l'"Elu" de la "communauté internationale"

 

clones.jpg

 

Déjà 4000 réfugiés coupables d'avoir voté Gbagbo ont fui vers la Guinée et le Libéria. C'est ce que reconnaît France 24. Et les réfugiés continuent d'arriver "à un rythme de 150 par jour". La persécution en zone CNO a commencé, avant même que la "communauté internationale" n'ait réussi à imposer son candidat.

 

 

Rien ne change depuis 2002.

 

La menace fantôme

Mensonge Après Mensonge...

 

menace fantôme.jpg

 

L'accumulation du faux bat son plein. L'Empire ne sait plus où donner de la tête. Mensonge Après Mensonge contre quiconque se se plie pas à la voix de son maître de la communauté médiatique "internationale", réinventant l'histoire au jour le jour, attribuant aux pressurés l'initiative première de la reconnaissance de "l'Elu"...

 

 

Quant au journal "de gauche" de référence, autoproclamé "Libération"... On ne peut plus libre en effet, à l'égard la vérité, qu'il nous rebâtit jour après jour - à l'instar de 1984. Voilà le journal de la Libération à l'égard des faits, qui aujourd'hui, plus désespéré que jamais à fournir du grain à la voix de son maître, est allé nous dénicher Pin ! Pin viré il y a peu du Niger pour avoir au minimum soutenu une rébellion sous couvert de direction d'Aréva, et qui ne cache même plus avoir fait de même en Côte d’Ivoire en 2002, accueillant Ouattara dont il nous sort aujourd’hui que Gbagbo aurait voulu le tuer ! (sic)...

Et que je te ressers le charnier de Yopougon et les "escadrons de la mort" (quelques indications sur l'état des lieux ici), et la mort de Guéi et de sa femme, qui serait le fait de Gabgbo - bien sûr ! sauf que le fils de Guéi, qui soutient aujourd’hui Gbagbo, lui n'est pas d'accord...

Et puisqu'on n'est pas à une modification de l'histoire près, 1984 toujours, nous revoilà avec l'armée française stoppant les rebelles à Abidjan en 2002. Faux, évidemment, mais puisque tout le monde le croit à force de l'avoir répété, tout le monde le rabâche avec l'assurance du perroquet... Et là, ou l'on ne sait pas de quoi l'on parle, et alors autant ne pas parler, soit on est dans la mauvaise foi d'un bon zélateur de "l'Elu" de la "communauté internationale"...

 

menace fantôme2.jpg

 

mardi, 04 janvier 2011

Proposition indécente

 

Soit il est coupable des maux indécents dont la calomnie l'a chargé...

proposition indécente.jpg

 

et lui proposer un exil doré en lieu et place de la CPI est indécent...

 

 

Soit il en est innocent, et la menace de la CPI est indécente.

Dans les deux cas, on a vu la fonction de la CPI.

 

Et... qu'est ce qu'on attend pour recompter ?

 

 

lundi, 03 janvier 2011

Mais pourquoi a-t-on violé le duc ?

 

Carcassonne

 

Ou : quand les barons de la droite française s'insurgent contre la position sarkozienne dans la 'crise ivoirienne'.

 

 

 

 

samedi, 01 janvier 2011

Le roi nègre et ses thuriféraires

1) Le roi nègre

… « autoproclamé » face à l’ « Élu » de la « communauté internationale ». On reconnaît la formule de plus en plus invariable de l’ « analyse » de la « crise ivoirienne » fournie par…

France 24 - TF1 - France2 - France 3 - L'Expansion - La Croix - La Provence - Le Figaro - Le Monde - Le Parisien - Les Echos - Libération - Midi Libre - Canal+ - France 5 - M6 - Arte - France 4 - I-télé - BFM TV - RFI - Europe 1 - Radio France - CBS - NBC - ABC - Warner Bros - TMC - LCP / Public Sénat - Le Patriote - Jeune Afrique - Onuci-FM - Le Nouveau Réveil - Nord-Sud - Le Front - 24 heures - Douze - Le Démocrate - L'Intelligent d'Abidjan - Le Jour, etc., etc., etc. (Liste très loin d’être exhaustive…)

La formule se substitue désormais à celle qui l’a précédée : « reconnu par un conseil constitutionnel acquis à sa cause », face à l’ « Élu » de la « communauté internationale qui a validé les résultats de la CEI ».




2) Les thuriféraires

Face à cela, une TV, la RTI (régulièrement censurée, depuis « la crise » par Intelsat qu’elle paye pour la diffuser), et quatre journaux : Fraternité Matin, Notre Voie, Le Temps, Le Courrier d'Abidjan ; plus les forums et tweets, et des blogs dont on trouve une liste presque complète en lien dans ce blog, dont la version nouvelobs est censurée !

Ça ce sont les « thuriféraires » faisant une « propagande arrogante »… que personne, parmi ses contempteurs, n’écoute. On se contente d’en savoir ce qu’en disent ceux qui censurent ou étouffent les échos. Ainsi le porte-parole de l’Onu en CI, parlant d’ « appels à la haine de la RTI ». Fait-il allusion à la diffusion de la proposition de Gbagbo d’une commission de vérification de ce qui s’est passé lors des élections ? Proposition « haineuse » il est vrai, puisqu’elle mettrait en cause la « communauté internationale », qui s’y refuse, tout comme son « Élu » !

Fait-il allusion aux nombreuses interview accordées à la RTI par quantité de juristes ivoiriens et africains, français et occidentaux qui s’accordent pour reconnaître la parfaite légitimité du travail du conseil constitutionnel ? Arrogant en effet, de la part de la RTI, de fournir un tel nombre de juristes quand la « communauté internationale », avec ses puissants médias en avance… un, F. Wodié, le leader d’un parti membre de la coalition Ouattara, pour expliquer ce que les puissants médias répètent en boucle, mais qui ne convainc que ceux qui sont déjà convaincus : en vertu de l’accord de Pretoria, la « communauté internationale » serait habilitée à se substituer au conseil constitutionnel — à défaut d’avoir accompli la seule tâche qui lui était confiée, désarmer les rebelles…

Sachant qu’en dernière instance, c’est… au conseil constitutionnel souverain de démêler tout cela, on comprend que la phase la plus récente de la « communication » internationale, se résume à oblitérer purement et simplement ledit conseil constitutionnel — qui a l’arrogance d’exister. Alors on déclinera en boucle que celui qu’il a investi est « autoproclamé » ! Voilà qui est plus simple… et qui permet de bien saisir la réalité du problème — effet collatéral : d’un côté la Côte d’Ivoire souveraine avec les institutions qu’elle s’est donnée, de l’autre une « communauté internationale » qui les nie et s’y substitue, à l’appui de ses médias.

Mais ce ne sont pas eux qui font de la « propagande » « arrogante ». Ce sont les « thuriféraires » du roi nègre, qui « s’accroche à son trône ». Car qu’importe s’il a instauré la démocratie, et permis à son adversaire de se présenter, qu’importe qu’il a accepté une élection imposée (bien qu’illégitime au nord selon les critères onusiens) : c’est un roi nègre, et on sait que pour lui et ses thuriféraires, la culture est forcément un verni. Le verni de culture démocratique a donc laissé place à la vraie nature du roi nègre sitôt connu le « chiffre » de la « communauté internationale » validant son « Élu ». CQFD : ils ne peuvent pas se gouverner eux-mêmes, c’est pas dans leur nature (qui affleure sous leur verni de culture) : on leur imposera donc l’ « Élu », nègre comme les autres, certes, mais l’ « Élu » de la « communauté internationale »…

Et si l’autre, celui dont le verni de culture démocratique se craquèle, n’est pas content, on lui ressortira, à lui et ses thuriféraires qu’on compare à un célèbre ministre de la propagande, quelques morceaux d’anthologie médiatique internationale : après tout ça aussi fait partie de la guerre médiatique — on a su prendre la leçon, entre autre sur la calomnie, attribuée à ce célèbre ministre de la propagande du XXe siècle européen : il reste toujours quelque chose de la calomnie. En trois points :

- Charnier de Yopougon : ça marche toujours, même s’il est de notoriété publique en CI que c'est le camp Ouattara qui a bloqué l'enquête qui commençait à désigner... son parti. Pour mémoire :
"en Côte d’Ivoire, l’opinion sait que Ouattara n’a jamais milité pour l’éclatement de la vérité dans les massacres d’octobre 2000, le charnier de Yopougon, les escadrons de la mort, le coup d’Etat manqué de janvier 2001 et la rébellion armée. Concernant, par exemple, le charnier de Yopougon, une commission indépendante avait été mise en place par le ministère de la Justice [FPI] pour mener les enquêtes. Les travaux étaient fort avancés. Quand le RDR a pris le ministère de la Justice après Marcoussis et que Henriette Dagri Diabaté, SG du RDR et adjointe de Ouattara, a été nommée Garde des Sceaux, elle a automatiquement dissous la commission et interrompu les investigations. Elle n’a jamais mis sur pied une nouvelle commission ni réactivé les enquêtes. L’on saura plus tard par des sources judiciaires que les résultats partiels auxquels étaient parvenus les enquêteurs accablaient le RDR d’où la décision de Mme Diabaté de tout arrêter."

- "Escadrons de la mort" : ça marche aussi. Ils ont eu un effet remarquable en 2003 après Marcoussis (et depuis à l’occasion pour tel journaliste toujours disparu)... contre leur supposé auteur, Gbagbo, qui a gagné devant la justice française ses procès contre des journaux français, en tête desquels Le Monde (vous trouverez les références dans mon ancien blog, "une autre histoire"). La question est : "à qui a profité le crime ?" Mais on évitera au public de se la poser…

- Les « Sukhoï » de Bouaké : l’avocat des familles de soldats tués à Bouaké, Me Balan, clame haut et fort que Gabgbo n’y est pour rien ! Mais qu’importe ! Dès la mort des soldats français et l’atterrissage des avions à Yamoussoukro, les co-pilotes biélorusses ont été appréhendés par les autorités françaises... et exfiltrés vers le Togo ? Arrêtés au Togo par les autorités, ils ont été remis aux autorités françaises qui les ont re-exfiltrés vers... (qui sait où ils sont aujourd’hui ?) ? Ensuite, les soldats tués ont été enterrés avec une hâte telle que leurs effets (jusqu’aux paquets de cigarettes) étaient encore sur eux et qu’on avait interverti deux corps ? On sait cela parce que la juge aux armées Brigitte Raynaud a fini par obtenir, à force de pressions, que, comme le demandaient les familles, les cercueils soient ouverts. Depuis cette juge a été démise. Les autorités françaises refusent toujours toute autopsie des corps (que demande la Côte d’Ivoire) ? Qu’importe ! Ça marche encore…

Ce sont les trois piliers de la calomnie — toujours en usage… et qui permettent d’appuyer la certitude assénée en boucle selon laquelle c’est la « communauté internationale » qui doit désigner « l’Élu »…

Mais là, il y eu un hic : le roi nègre n’est pas d’accord et ses thuriféraires le disent, pardon, le progagent, et sont — arrogance extrême — de plus en plus nombreux en Afrique et ailleurs, au point de gêner même les velléités d’imposer « l’Élu » manu militari.